La journée des DYS du 10 octobre 2015

Bonjour et merci d’être avec nous pour cette neuvième journée des DYS.

Je remercie toutes les personnes et les organismes qui nous aident et nous soutiennent dans nos actions.

Les bénévoles d’apedys aube, le personnel du SESSAD sur les troubles spécifiques des apprentissages, tous les professionnels qui seront présents cet après-midi (orthophonistes, psychomotriciens, ergothérapeutes, psychologue et neuropsychologue, le service de l’adaptation scolaire pour le handicap de l’inspection académique, spécialiste du graphisme, les jeunes avec leur ordinateur … et j’en oublie surement)

Nos financeurs : le conseil général, les mairies de Troyes, Saint Julien les villas et Saint André les vergers.

Le groupama et ses marcheurs pour leur coup de cœur.

Notre conférencière Corinne Gallet de l’INS HEA

Pourquoi l’apedys aube organise chaque année, depuis 5 ans cette journée d’information ouverte et gratuite ?

A l’heure d’aujourd’hui lorsque un proche voit un enfant se cogner dans tous les murs, cligner ou plisser les yeux, tourner la tête lorsqu’on lui montre une image ne pense pas que en premier lieu que cet enfant est distrait, original et cherche à se faire remarquer ou qu’il est paresseux car il ne veut pas regarder, au contraire la première pensée de ce proche est : cet enfant a surement un problème de vue, il faut voir un professionnel. Notre société a su sensibiliser autour de la vue, de l’ouïe et de bien d’autres troubles.

Notre association veut sensibiliser un maximum de personnes aux manifestations d’un trouble DYS pour : pouvoir dépister et orienter vers un professionnel le plus tôt possible. Seul un diagnostic précis peut permettre une prise en charge spécifique adaptée. Plus ce diagnostic est posé tôt, meilleure sera l’évolution de l’enfant.

Il est important de connaître les causes de la difficulté d’apprentissage pour mettre en place les aménagements, les compensations la ré-éducation.

L’école propose :

Des PPRE (programme personnalisé de réussite éducative) pour de simples difficultés

Des PAP (plan d’accompagnement pédagogique) pour des troubles légers à moyens

Des PPS pour des troubles sévères avec une reconnaissance de la situation de’handicap par la maison départementale des personnes handicapées (MDPH)

Attention l’école ne peut pas tout, elle n’a pas vocation à compenser le handicap ni de ré-éduquer. Elle est là pour aider le jeune dans ses apprentissages et le mettre dans les meilleures conditions possibles pour son évolution et sa réussite. Il faut penser à vérifier à chaque début d’année que le PAP ou PPS est bien reconduit.

La compensation et/ou la ré-éducation doit être prise en charge par un professionnel.

L’école a aussi mis en place des aménagements pour les examens.

Après ces quelques mots , je laisse la place à Corinne Gallet de l’institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés qui va mettre des mots sur le langage et ses troubles…

Fabienne Miramand

Laisser un commentaire